• Promotions

QUE FAUT-IL FAIRE

Parlez librement entre vous, actualités agronomique, présentation des membres...

QUE FAUT-IL FAIRE

Message par aflihaou » Mer Juil 27, 2011 4:30 pm

،السلام عليكم و رحمة الله تعالى و بركاته

Dites mois El Batni,
Vous qui êtes ancien (diplômé de l'INA 1980), avec votre expérience très considérable, Que faut-il faire pour développer l'agriculture et le rural ?

Vous avez assisté plus que nous le changement qui à touché ces deux domaines: des jeunes qui fuyaient le travail agricole à des jeunes très intéressés par
l'agriculture
; des vieux acharnés de travail de la terres à des vieux drogués par l'assistanat.

Qu'est ce qui a fait cet état d'esprit de tous, de voir dans tous les projets de soutien une source d'argent au lieu d'une solution à un problème pour régler d'autres problèmes encore.???????
Je sais, il y a une sensation de pessimisme dans ces questions, mais je crois que c'est la réalité.Bien qu'il y ait  heureusement quelques entités qui travaillent dur et fièrement.(1000 bravos et courage à ceux là).
Alors qu'est ce qu'il faut faire pour revenir à cet esprit d'entre aide sans contre partie ne serai-ce que celui de l'intérêt du pays.
Tous le monde sait que c'est l'union qui fait la force. Malheureusement, c'est la dispersion qui prime chez nous de nos jours. (pas à 100 % dieu merci)
Alors, qu'est ce qu'il faut faire??


Bien que le message est adressé à ElBatni, cela n'empêche pas que tous le monde est invité à y participer.
aflihaou
Expert
Expert
 
Message(s) : 73
Inscription : Mer Mars 30, 2011 11:11 am

Promotions

Re: QUE FAUT-IL FAIRE

Message par aflihaou » Jeu Juil 28, 2011 9:30 am

،السلام عليكم و رحمة الله تعالى و بركاته

Toc,Toc...


Pas de répondant?
Me trouverais-je sur une autre planète un autre monde que le votre les dz-agro
aflihaou
Expert
Expert
 
Message(s) : 73
Inscription : Mer Mars 30, 2011 11:11 am

Re: QUE FAUT-IL FAIRE

Message par Elbatni » Jeu Juil 28, 2011 12:06 pm

Excusez moi, je n'avais pas vu votre message.
Je me suis souvent posé ce genre de questions voyant par exemple nos agriculteurs produire des pastèques et délaissant le blé (réflexion datant des années début 1980).
J'avais trouvé des éléments de réponses dans la lecture de l'économiste Abdelatif Benachenou.
Si je trouve ses interventions sur le net, je vous en ferais part.
Quant à mon expérience.
Après les domaines autogérés et les Capra (zmène) j'ai donc connu ces exploitations françaises du bassin parisien avec 100 qx/ha de blé (certes de mauvaise qualité boulangère). Et j'ai découvert le soutien de l'Europe à ses agriculteurs (grâce à  la PAC). Je n'ai plus en tête les chiffres, mais parfois je me disais ces céréaliers français sont en fait presque des fonctionnaires.
Dans Djazairouna, l'Etat a aussi subventionné l'agriculture. Il faudrait demandé à nos agro-économistes si cela était suffisant...
Elbatni
Expert
Expert
 
Message(s) : 780
Inscription : Dim Juil 24, 2011 8:53 pm

Re: QUE FAUT-IL FAIRE

Message par erod39 » Sam Août 27, 2011 9:45 pm

Sujet intéressant !

Les subventions sont généralement néfastes, car elles limitent les capacités d’innovation ; l’exemple de la Nouvelle Zélande qui a créé une agriculture prospère en supprimant les subventions, l’a bien démontré.

Sur le cas de l’Algérie, je pense que c’est un cumul de mauvais facteur, et pas un problème de compétence.

L’image de l’agriculteur est moins reluisante que celle du commerçant ou de l’importateur.
La taille de l’exploitation ne permet pas forcément d’amortir correctement les investissements lourds comme l’immobilier ou le matériel.
La pratique de la monoculture est un risque important, alors que normalement l’exploitant devrait chercher à se diversifier le plus possible.
L’absence de capacité de stockage ne permet pas non plus à l’exploitant de stocker sa production, et donc de la vendre dans les meilleures conditions.
L’écart entre le prix de vente du producteur est le prix d’achat du consommateur montre que les agriculteurs sont ceux qui perçoivent la plus petite part, alors qu’ils prennent la part de risque la plus grande.
L’agriculture nécessite des besoins en investissement important et une grosse trésorerie pour supporter le coût des intrants jusqu’à la revente de la récolte.
Les crédits Ettahadi et Rfig qui sont une excellente idée, sont relativement difficiles à mettre en œuvre.
A cela, on peut rajouter les conditions climatiques, les problèmes d’irrigation mais aussi le manque de matière organique des sols.

Je pense qu’il y en a plein d’autres qui peuvent venir se greffer mais pour moi le plus important c’est le prix des terrains agricoles !

Je vois des prix de vente à 2000DA, 3000 et même 9000Da le m² pour des terrains nus…..ça donne des prix à l’hectare qui sont hallucinants et qui empêchent l’investissement dans le secteur agricole.
Or sans investissement, il n’y a pas d’innovation !
erod39
niveau 1
niveau 1
 
Message(s) : 39
Inscription : Sam Août 27, 2011 4:35 pm

Re: QUE FAUT-IL FAIRE

Message par Elbatni » Dim Août 28, 2011 10:07 am

erod39 a écrit :Sujet intéressant !

Les subventions sont généralement néfastes, car elles limitent les capacités d’innovation (...)


Les agriculteurs européens sont subventionnés à 70%.
Aux USA, l'Etat subventionne fortement ses agriculteurs.
Elbatni
Expert
Expert
 
Message(s) : 780
Inscription : Dim Juil 24, 2011 8:53 pm

Re: QUE FAUT-IL FAIRE

Message par erod39 » Dim Août 28, 2011 1:52 pm

Elbatni a écrit :

Les agriculteurs européens sont subventionnés à 70%.
Aux USA, l'Etat subventionne fortement ses agriculteurs.


Salut Elbatni
Personne n'a dit le contraire!
Tu penses que c'est avec plus de subventions que notre agriculture sera plus productive?
En France, on subventionne aussi les agriculteurs pour qu'ils laissent leur terre en jachère...

La nouvelle Zélande ne subventionne rien et pourtant les agriculteurs de ce pays ont les revenus agricoles les plus importants au monde!
Ce pays est également, le premier producteur mondial de lait et d'agneau....et quand on voit la taille de cette île, on mesure la performance réalisée!

En algérie, on subventionne depuis des années et sans aucun résultat, les importations continuent et même augmentent....
C'est plus facile de distribuer de l'argent que de se préoccuper des vrais problèmes des agriculteurs:
Combien d'agriculteurs attendent depuis des années un raccordement aux réseaux électriques, ou une autorisation pour forer un puits?
La dernière vague de grosses subventions a conduit de nombreux agriculteurs à s'endetter et sans l'effacement des dettes, nous serions dans une situation catastrophique!

Comme je l'ai indiqué plus haut, le premier problème de l'agriculture c'est le prix des terres!
A 2000da le m² minimum, ça nous donne du 20 million de dinars soit 200 000 euro l'hectare!
Un agricuteur qui posséde 5 hectares est millionnaire en euro, pourquoi travailler une terre qui ne lui rapportera jamais autant même après 20 ans de travail?
erod39
niveau 1
niveau 1
 
Message(s) : 39
Inscription : Sam Août 27, 2011 4:35 pm

Re: QUE FAUT-IL FAIRE

Message par aflihaou » Lun Sep 05, 2011 1:56 pm

،السلام عليكم و رحمة الله تعالى و برك

Alors, la solution serais dans l'écoulement de la production de manière à ce qu'elle arrive au plus 3ème main au consommateur.(agriculteur- le grossiste - le détaillant et enfin le consommateur).
Si c'est la solution! comment faire pour y aboutir ? comment éradiquer la spéculation?
Il est certain que si l'on arrive à bien s'organiser, nous arriverons même à exporter.
aflihaou
Expert
Expert
 
Message(s) : 73
Inscription : Mer Mars 30, 2011 11:11 am

Re: QUE FAUT-IL FAIRE

Message par erod39 » Lun Sep 05, 2011 6:36 pm

aflihaou a écrit :،السلام عليكم و رحمة الله تعالى و برك
Alors, la solution serais dans l'écoulement de la production de manière à ce qu'elle arrive au plus 3ème main au consommateur.(agriculteur- le grossiste - le détaillant et enfin le consommateur).


La solution que tu mets en avant ne permettra que d'améliorer les revenus des agriculteurs ou le pouvoir d'achat des consommateurs mais elle n'apporte pas de solution à la situation de l'agriculture en Algérie.

Qu'est ce qui empêche un agriculteur de vendre directement ses produits aux consommateurs?
Si il n'a pas le temps, on peut très bien imaginer qu'il embauche un vendeur pour le faire pour lui!

Prenons un exemple chiffré :
Le Kg de pomme de terre se vend 40Da au marché  
l'agriculteur le vend à son grossiste 20Da
Il y a donc une marge de 20Da supplémentaire à conquérir.
Si on considère que le vendeur lui coute 1000Da par jour; il a besoin de vendre 50Kg de pomme de terre pour amortir ses frais, ensuite toutes les autres ventes lui rapporteront 20Da net par Kg.
Si il arrive à vendre 100Kg par jour, il aura améliorer son revenu de 1000Da/jour!
Je vous laisse imaginer les gains potentiels si en plus l'agriculteur à une production diversifiée de produits maraichers!
Ce n'est pas sans raison que d'ancien agriculteur se sont reconvertis dans le commerce en gros des fruits et légumes.

Mais une telle stratégie commerciale implique deux éléments :
- Une qualité de produits irréprochables
- Une disponibilité permanente des produits

Sur la spéculation, c'est techniquement impossible qu'un petit groupe de spéculateur soit capable de tenir un marché comme celui des produits frais; il y a tellement d'intervenants que c'est irréaliste et ça ne sert que d'excuse!
La hausse des prix ne s'explique que par le comportement des consommateurs et l'avidité des vendeurs qui savent exactement quand augmenter les prix, face à des consommateurs qui de toute façon achéteront à n'importe quel prix!

Sur l'export: il y a un point à connaitre c'est que l'europe applique un mécanisme très protecteur qui taxe très fortement les produits qui rentrent ; additionné aux subventions que perçoivent les agriculteurs européens, ça laisse très peu de place pour gagner de l'argent!

Pourquoi vouloir toujours exporter?
Les apiculteurs réclament un laboratoire d'analyse pour pouvoir exporter leur miel mais l'Algérie importe encore chaque année 150 000 tonnes de miel...
On veut exporter les fruits et les légumes alors qu'on ne produit pas encore assez pour voir se développer autour de l'agriculture une industrie agroalimentaire.
Pourtant l'enjeu est là car ce sont des milliers d'emploi qui pourraient être créés.
erod39
niveau 1
niveau 1
 
Message(s) : 39
Inscription : Sam Août 27, 2011 4:35 pm

Re: QUE FAUT-IL FAIRE

Message par aflihaou » Mar Sep 06, 2011 10:33 am

,السلام عليكم و رحمة الله تعالى و برك
Pourquoi l'exportation?
D'abord par ce que l'on est toujours dans le bio, un produit très recherché en outre mer.
De plus, lorsqu'une agriculture à un mot à dire en matière d'entré de devise, elle devient pétrole et le secteur aura alors son mot à dire.
Pour la spéculation, d'accord pour les produits rapidement périssable, mais je persiste à dire qu'elle à joué un rôle important pour l'ail comme exemple seulement.
Nos agriculteurs ont besoins de s'organiser en coopératives professionnelles au vraie sens du terme.
D'un autre côté, nos instituts doivent se rapprocher le plus près de nos agriculteurs pour prendre en charge leurs réels problèmes techniques. L'importation de solution ne réglera jamais les choses. Comme on dit '' El Azma talidou el hima''.
allah idjib elli fih el kheïr.
aflihaou
Expert
Expert
 
Message(s) : 73
Inscription : Mer Mars 30, 2011 11:11 am

Re: QUE FAUT-IL FAIRE

Message par erod39 » Mer Sep 07, 2011 11:40 pm

aflihaou a écrit :,السلام عليكم و رحمة الله تعالى و برك
Nos agriculteurs ont besoins de s'organiser en coopératives professionnelles au vraie sens du terme.


Tu as entièrement raison, c'est une des choses qui manque le plus !
Il pourrait non seulement mieux vendre leur production mais aussi rendre les intrants plus disponibles à un meilleur prix, acheter du matériel en commun.....

Les avantages seraient énormes!
erod39
niveau 1
niveau 1
 
Message(s) : 39
Inscription : Sam Août 27, 2011 4:35 pm


Retour vers Généralités & Actualités / présentation des membres

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron